LA GRIFFE DU LION

Le logo Peugeot au fil des âges

Retour

Rédigé pour un ouvrage, édité par la ville de Montbéliard, retraçant l'histoire du Pays de Montbéliard.

Sous la griffe du lion

Ce lion qui, aujourd’hui, sillonne les routes de tous les continents, fut apposé pour la première fois sur des lames de scies. C’était aux confins de la petite vallée d’Hérimoncourt, près de Montbéliard. L’animal avait été choisi pour exprimer la dureté (des dents de la scie), la souplesse (du métal), et la rapidité (de la coupe).

La société Peugeot Frères, crée en 1810, ne fabriquait pas seulement des lames de scies mais également des ressorts, des baleines de parapluies, des cages de crinoline (que l’on appelait « faut-culs ») et autres objets en acier laminé.

Dans une lettre adressée à un orfèvre-graveur de Montbéliard, il est fait appel au bon goût de l’artiste pour « assurer la meilleure disposition des lettres et soigner la dureté de la marque ». Le lion est alors debout (et non pas dressé) sur une flèche. Il ne sera gravé que sur des aciers de première qualité. La seconde qualité est estampillée d’un croissant de lune et la troisième qualité d’une main ouverte.

Cet emblème que l’on n’appelait pas encore un logo, évoluera graphiquement une première fois en 1882. Dès lors, il orne des machines à coudre, des moulins à café et le cadre d’une bicyclette à roues inégales, la fameux « Grand bi ». Quelques années plus tard, le premier quadricycle à gazoline portant la marque du lion traverse la France de Montbéliard à Brest. En 1896, la société Automobiles Peugeot est créée. Elle fabriquera des voitures et des bicyclettes. Le lion restera son emblème.

Durant quelques décennies, le « lion sur la flèche sera conservé. Entre les deux guerres, une volonté de distinction des produits fait naître le « lion de combat », associé aux cycles., et une « tête de lion en écusson » réservé aux automobiles. En 1950, la marque choisit de souligner son enracinement régional en adoptant le lion héraldique des armoiries de la Franche-Comté. L’animal a depuis évolué pour répondre aux canons graphique de chaque époque et pour et pour obéir aux contraintes de la publicité. Le lion Peugeot a aujourd’hui plus de 170 ans et n’a rien perdu de sa force ni de sa vitalité. L’air de Montbéliard a été bénéfique au grand fauve.

HAUT